Inauguration de 22 logements à Rosières Près Troyes


Mardi 13 novembre, Philippe Coudrot, Directeur général de Troyes Habitat, Alain Peucheret, administrateur et Jacques RigauD, Maire de Rosières, ont eu le plaisir d'inaugurer un nouveau programme situé rue Jean d'Ormesson en présence de Daniel Sergent, Directeur départemental adjoint et des locataires, ce qui porte à 64 le nombre total de logements Troyes Habitat sur la commune.


Une troisième implantation à Rosière-près-Troyes en moins de deux ans.

Après les 12 logements individuels de la rue du Chêne livrés en décembre 2016 et les 30 logements semi-collectifs du chemin des Roizes en septembre 2017, Troyes Habitat est fier de poursuivre son implantation à Rosières, côté Chartreux cette fois, avec ces 22 maisons accolées, allant du type 2 au type 5, dans un environnement calme avec tous les services à proximité. Les logements disposent tous de jardins et de garages.

Troyes Habitat, 1er bailleur social aubois à bénéficier du label E+C- 

Le label E+C- a été lancé par l’Etat en 2017 afin d’avoir une base de référence pour sa future réglementation thermique. E+C- signifie énergie positive et réduction carbone. Les opérations labellisées répondent donc à un critère d’émissions carbonées en plus de la consommation d’énergie. Troyes Habitat n’a pas hésité à se lancer dans l’expérimentation avec 3 opérations qui seront labellisées cette année dont les 22 maisons de la rue Jean d’Ormesson à Rosières, suivies par les prochaines livraisons de la rue de la vallée à Verrières et de la rue Elsa Triolet à la Rivière de Corps. Le niveau de performance de ces opérations est E2C1 (2/4 pour l’énergie et 1/2 pour le carbone), ce qui leur donne un temps d’avance sur les opérations « classiques » RT2012). Pour en savoir plus, voir annexe.

Le chauffage et la production d’eau chaude sont produits par une pompe à chaleur.

Cela offre plusieurs avantages non négligeables :

-Un confort d’utilisation : pas de combustible à stocker ou à gérer et un seul appareil à entretenir une fois par an.

-Une énergie propre : d’un point de vue écologique, les pompes à chaleur ne produisent aucun déchet (liquide, gaz) donc pas besoin d’un conduit d’évacuation. Elles permettent d’éliminer les émissions de dioxyde de carbone ou autre gaz toxique liés au chauffage.

-Un chauffage économique : la source d’énergie utilisée est gratuite.

 

22 maisons accolées deux à deux avec un jardin individuel, réparties dans 11 bâtiments, certifiées NF Habitat

Architectes : GRAFIT Architectes

Typologie et surface des logements :

6 PLAI, 10 PLUS et 6 PLS.

2 types II de 53 m².

5 types III de 66 m².

10 types IV de 86 à 92 m².

5 types V de 102 à 109 m².

 

 

 

Nouveau label E+C- qu’est-ce que c’est ?

Le travail de concertation mené depuis 2015 entre les organismes professionnels et les pouvoirs publics a abouti à la création d’un nouveau label « Bâtiments à Énergie Positive et Réduction Carbone », lancé officiellement le 17 novembre 2016 par le ministère du Logement.

En 2017, l’Union sociale pour l’habitat, l’État et la Caisse des Dépôts ont souhaité soutenir financièrement les organismes de logement social s’engageant dans l’expérimentation E+C-, cette expérimentation ayant vocation à préparer la prochaine réglementation environnementale des bâtiments neufs dans les meilleures conditions.

Le premier Appel à Projets lancé en 2017 a été un franc succès. Il a permis de soutenir 77 opérations représentant près de 2 200 logements. Le total des aides financières distribuées s’élève à 7 M€, soit près d’un tiers de l’enveloppe de 20 M€ initialement prévue.

Qui est concerné par cette expérimentation ?

La démarche d’expérimentation est volontaire. Tous les maîtres d’ouvrage qui souhaitent construire des bâtiments suivant la méthodologie de l’expérimentation peuvent y participer. Ils testeront la faisabilité technique et économique des solutions permettant la réduction des consommations énergétiques non renouvelables et le recours à des produits de construction, équipements du bâtiment ou techniques constructives à faible empreinte carbone.

Quels bâtiments peuvent faire partie de l’expérimentation ?

Sont concernés par cette expérimentation :

-les maisons individuelles ou accolées,

-les bâtiments collectifs d’habitation,

les bâtiments à usage de bureau,

 

ainsi que tous les autres bâtiments soumis à la réglementation thermique actuelle.

Objectifs : la promotion des bâtiments bas carbone.

1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie adoptée par la France en novembre 2015, la stratégie nationale bas carbone se fixe pour ambition de réduire de 50 % les émissions directes de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment d’ici 2030 et de 87 % à l’horizon 2050. Cette stratégie induit une nouvelle méthode de calcul de l’empreinte carbone d’un bâtiment.


2. Évaluer l’empreinte carbone dès la construction d’un bâtiment. L'ambition de l'expérimentation est d'étudier la réduction des émissions de gaz à effet de serre d'un bâtiment, de sa construction à sa démolition. Le référentiel permet d'évaluer l'impact carbone global du bâtiment et un indicateur spécifique évaluera l'impact carbone des produits et des équipements. Ces indicateurs environnementaux seront déterminés pour l’ensemble du cycle de vie du bâtiment, comprenant : la phase de production, la phase de construction, la phase d’exploitation et la phase de fin de vie.


3. Valoriser les matériaux recyclables et l’économie circulaire afin de prendre en considération l’impact environnemental complet, la méthode prend en compte le réemploi et la valorisation des matériaux issus de sa déconstruction, ce qui permettra de soutenir et développer la filière de recyclabilité des matériaux.


Quatre niveaux énergie :

L’indicateur énergie possède 4 niveaux de performance, qui varient en fonction du type de bâtiment.

« Énergie 1 » et « Énergie 2 » constituent une avancée par rapport aux exigences actuelles de la réglementation thermique (RT2012). Leur mise en œuvre doit conduire à une amélioration des performances du bâtiment à coût maîtrisé, par des mesures soit d’efficacité énergétique, soit par le recours, pour la demande en énergie du bâtiment, à la chaleur ou à l’électricité renouvelables.

Le niveau « Énergie 3 » constitue un effort supplémentaire par rapport aux précédents niveaux. Son atteinte nécessitera un effort en termes d’efficacité énergétique du bâti et des systèmes et un recours significatif aux énergies renouvelables, qu’elles soient thermiques ou électriques.

Le niveau « Énergie 4 » correspond à l'atteinte de l'équilibre entre consommation non renouvelable et production d'électricité renouvelable injectée sur le réseau.


Deux niveaux carbone :  

Suite à la réalisation de l’analyse de cycle de vie (ACV) du bâtiment, l’évaluation des deux indicateurs d’émissions de gaz à effet de serre (Eges) suivants permet de déterminer le niveau de performance de l’indicateur Carbone :

les émissions CO2eq/m2 émises sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment : Eges,

les émissions de CO2eq/m2 émises et relatives aux produits de construction et des équipements du bâtiment : EgesPCE.

Les niveaux « Carbone 1 » et « Carbone 2 » sont déterminés par la comparaison de ces deux types d’émissions avec des niveaux d’émission.